Ce qu'il faut savoir sur le métier de voyance


Divers /

La voyance est une personne dotée d'une aptitude particulière qui consiste à prédire l'avenir, à analyser le présent et le passé d'un individu. Il jouit d'une perception sensorielle divinatoire. On dit qu'il est un devin ou un médium. Si vous avez ce don et que vous désirez l'exploiter à des fins professionnelles, il n'y a pas de souci à le cacher. Le métier de voyance peut avoir un statut légal dans une certaine mesure.

Le métier de voyance : en quoi consiste-t-il ?

La voyance est en réalité une forme de perception extra-sensorielle et divinatoire qui consiste à interpréter des objets ou des phénomènes déjà passés ou à venir. Toutefois, il y a une autre explication qu'on apporter au terme voyant.

Le voyant dispose d'un sixième sens qui lui permet de comprendre les énergies subtiles d'un individu d'une part et de chercher à élucider l'individu sur une situation difficile. Ce sixième sens lui permet d'analyser les tendances mondiales à des fins commerciales. Le voyant joue alors un rôle de consultant dans une certaine mesure où les choses paraissent très extrêmes.

Qui peut pratiquer le métier de voyance ?

Comme toutes professions libérales, la voyance requiert un minimum pour exercer à bon escient le métier, même si aucun diplôme d'État n'est exigé. En effet, la voyance peut être transmise génétiquement de père en fils ; donc sa pratique peut être innée. Il en est de même pour la maîtrise des arts divinatoires. Pour avoir donc ces compétences divinatoires, vous devrez en premier être initié par des voyants aînés. Après avoir acquis l'expérience, vous pourrez facilement mettre en pratique votre don de voyance.

En outre, vous pourrez vous faire former en ligne par le biais des experts qui disposent des outils d'apprentissage pratique tels que :

  •  la boule de cristal,
  • les matériaux naturels,
  •  les miroirs,
  •  les cartes.

Quel statut juridique choisir pour le métier de voyance ?

Pour être socialement et légalement reconnu, le métier de voyance doit être soumis à un statut juridique. Vous avez le choix entre plusieurs statuts à savoir : micro-entreprise, entreprise individuelle ou encore auto-entrepreneur. Il est conseillé de faire son choix en fonction des avantages fiscaux.